Nous d’eux

Poésie inspirée de la fusillade du 13 décembre 2011 à Liège.

Nous, la tête explosant de sirènes d’ambulance
Eux, le corps explosé de plomb et de métaux.
Images brouillées et gens affolés.
Lui, les yeux rouge sang où gît la démence,
S’est libéré dans le flou de l’imbroglio.
Passage obligé et dents serrées,
Toi, lui et elle, vous êtes partis.
Le Tchantchès* paralysé ne sait quoi mimer,
Les yeux arides d’avoir trop pleuré. La place déserte
Le laisse impuissant et, force de tornade,
Le fil a brisé. C’est fini, il a aimé.
Eux, la tête tête vide, le corps inerte,
Nous ont laissés le cœur bouillonnant, l’esprit en rade.
Mars 2012

,