Dans le couloir d’hier

Souvenir du cimetière du Père-Lachaise [Décembre 2013]

Dans le couloir d’hier
De poussière recouvert,
Primevères croquées
Et immortelles de Madère fanées
Ne seront passagères
Du glacial hiver.

Mon visage solitaire
Collé à la vitre du RER
Remue le souvenir amer
De la nuit dernière.

Dans l’étroit cimetière
De reliquaires recouvert,
Berces des prés crucifères croquées
Et cephalanthères fanées
Ne seront passagères
Du glacial hiver.

Ma main dans les ornières
Sur la triste pierre
Caresse ton sanctuaire
Sans en percer le mystère.

Dans le couloir d’hier
De poussière recouvert,
Cardères croquées
Et astrances ombellifères fanées
Ne seront passagères
Du glacial hiver.

Mes yeux clairs entrouverts
Sur ton spectre éphémère
Cherchent le soleil lunaire
Dans la triste atmosphère
De ton lit.

,